Un 33e salon du livre de Genève qui a su réunir publics et auteurs autour de rendez-vous uniques

Le 33e salon du livre de Genève s’achève ce soir après 5 jours rythmés par une programmation riche, souvent singulière et surtout fédératrice. Porté par sa volonté d’explorer les liens qui unissent la littérature et les diverses formes d’arts, le salon a su proposer des formats originaux et novateurs – à l’image du salon en ville - suscitant curiosité et engouement auprès des visiteurs et des écrivains. Convaincu que la culture est un formidable levier de rassemblement, le salon a également réussi à créer des passerelles entre ses différentes scènes thématiques et les genres littéraires produisant ainsi des synergies et des rencontres incroyables entre les auteurs et les acteurs du livre.

À moins d’une heure de la fermeture, le salon affiche 89’200 entrées. Une belle réussite soutenue par la présence d’auteurs de tous horizons, un programme d’animations vivant et généreux et une ambiance conviviale et bienveillante.

Pour la première fois, le salon sortait de ses murs pour proposer des évènements littéraires originaux dans divers lieux genevois et aux alentours. D’une lecture musicale au Château de Voltaire à la déclamation de textes spontanée par Les DéLivreures en passant par les apéritifs littéraires dans le tram historique ou une soirée mêlant musique et mots à la Villa Sarasin: autant de formats uniques et étonnants qui ont largement séduit auteurs, publics et intervenants. Tous ont salué ces parenthèses surprenantes vécues à l’unisson. Une expérience inédite qui a par ailleurs permis aux écrivains invités de multiplier les rencontres avec leurs lecteurs et de replacer leurs littératures dans des environnements singuliers. Diffusion de films et de documentaires, projection de photographies, quête ludique 100% littéraire dans la bibliothèque Octarine ou encore conception d’un jeu vidéo librement inspiré d’un livre: les nombreuses animations créatives célébrant la littérature ont également rassemblé au coeur du salon à Palexpo, des visiteurs ravis et captivés. Convaincu de la pertinence de ces nouveaux formats, le salon s’attachera à les développer au fil des éditions futures.

La Fédération Wallonie-Bruxelles, hôte d’honneur 2019, a accueilli un public chaleureux et conquis par ses multiples talents littéraires présents. «Nous sommes enchantés d’avoir renoué avec le public suisse, mais aussi avec les professionnels du livre venus de toute la francophonie. Les riches échanges amorcés lors des assises de l’édition nous ont ouvert des portes sur des collaborations futures. La jeunesse, mise à l’honneur sur notre espace, était aussi au rendez-vous! Merci de nous avoir permis ce retour gagnant sur votre magnifique salon du livre» déclare Aurore Boraczek, Responsable Lettres & Livres Wallonie-Bruxelles International.

Les deux présidents de cette 33e édition, Lydie Salvayre et Éric Fottorino, ont généreusement échangé tout au long de la manifestation avec d’autres écrivains invités, créant ainsi de beaux moments littéraires. «Le salon du livre, c’est une magnifique pluralité de voix et de pays et des débats de très grande qualité. Nous avons également été saisis par la diversité des écrivains présents, entre plumes très connues et nouveaux talents découverts avec plaisir. Nous avons vraiment vécu des moments rares et nous sommes heureux d’avoir participé à ce salon polyphonique» expliquent Lydie Salvayre et Éric Fottorino.

Les 5e assises de l’édition ont rassemblé plus de 400 professionnels libraires, éditeurs, bibliothécaires, auteurs, institutionnels, représentants et membres de la francophonie qui se sont retrouvés autour de débats portant sur la thématique: «Le livre par-delà les frontières». La qualité des échanges et les perspectives de collaboration qu’offrent les assises confirment leur rôle pivot, les professionnels ayant plus que jamais besoin de moments privilégiés.

Parmi les huit prix littéraires remis dans le cadre du salon, le prix du public du salon du livre de Genève, en partenariat avec l’USAP et Caran d’Ache, a couronné cette année Murielle Magellan pour Changer le sens des rivières (Julliard) et le prix Ahmadou Kourouma a été attribué à David Diop pour Frère d’âme (Seuil).

Enfin, la vente de livres par les libraires présents a progressé de 10% par rapport à l’année dernière.

Le 34e salon du livre de Genève se tiendra à Palexpo du 28 octobre au 1er novembre 2020.

Le fait que ce communiqué n’ait pas été rédigé en écriture inclusive ne constitue pas de notre part une discrimination du genre féminin.